Création d’entreprise : quel statut choisir ?


En 2014, plus de 550.000 entreprises ont été créées. Si vous aussi vous comptez vous lancer, voici tout ce qu’il faut savoir avant de franchir le cap.

 

Création d’une SAS

La société par actions simplifiée (SAS) est l’une des formes de sociétés que l’on peut trouver en France. Son succès est incontestable puisqu’il s’agit de la deuxième forme de société la plus utilisée dans notre pays. Ce succès s’explique par le fait qu’aucun capital minimum n’est obligatoire. Cependant, comme beaucoup d’autres sociétés, la SAS est soumise à de nombreuses obligations notamment en ce qui concerne le statut du dirigent.

 

Création d’une SARL

Pour rappel une SARL (Société A Responsabilité Limité) est une forme de société à vocation commerciale dont la principale singularité réside dans le fait que la responsabilité financière des associés est limitée à leurs apports ; c’est la forme de société la plus répandue en France.

Toute activité économique peut être exercée avec le statut de SARL mais certains secteurs d’activité lui demeurent interdits comme débits de tabac par exemple.
La SARL doit être composée d’au moins 1 personne et s’appelle alors une EURL.
Pour créer une SARL, il n’y a pas besoin d’avoir un capital plancher et le montant sera fixé librement dans les statuts; cependant, à tout instant, il est possible d’effectuer des apports en nature, en industrie et en numéraire.

Son organisation

La SARL peut donc être gérée par une personne au moins sinon par plusieurs, qu’elles soient des personnes physiques. On parle alors d’associés.
La SARL s’articule autour de statuts définis au préalable : toute décision de la SARL, y compris sa structure, peut être révocable à tout instant par décision par les associés représentant 51% des parts sociales, soit lors d’une assemblée générale, soit par décision de justice. Tous les pouvoirs du ou des gérants sont déterminés et inscrits dans les statuts. Pour être informé des dernières dispositions sur le statut du dirigent et de son conjoint, mieux vaut avoir recours à bon logiciel de logiciel gestion de patrimoine ou des logiciels de protection sociale pour les courtiers.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *